Un ministre sortant a-t-il besoin de conserver des collaborateurs ?


De prime abord, l’information révélée ce weekend par le journal l’Écho à de quoi étonner : les ministres qui quittent leurs fonctions se voient octroyer le bénéfice de deux collaborateurs personnels payés par le contribuable jusqu’à la fin de la législature, soit pendant 5 ans maximum. Seraient concernés l’ensemble des ministres et secrétaires d’Etat fédéraux et des entités fédérées, ainsi que les présidents des 6 parlements. L’affaire coûterait la bagatelle de 10 millions d’euros à charge de la collectivité[1].

Une rapide recherche sur les internets nous apprend qu’en réalité la polémique n’est pas neuve et aurait déjà fait quelques remous médiatiques, notamment en 2009 et en 2013.

Quelle est la raison d’être de ce mécanisme ? Doit-on y voir un abus ? La situation est-elle la même partout ? Voilà quelques questions que peut légitimement se poser le lecteur et auxquelles nous tenterons de répondre ci-après. Continuer la lecture

Mais comment diable dois-je appeler la Communauté française ?


Il y a trois ans déjà, les autorités de la Communauté française annonçaient en grande pompe le changement de nom de l’institution en « Fédération Wallonie-Bruxelles », sous l’œil dubitatif de nombreux commentateurs qui n’avaient pas manqué de relever immédiatement le caractère inconstitutionnel de l’opération[1].

Trois ans plus tard, force est de constater que l’usage de l’appellation « Communauté française » est loin d’avoir disparu et nombreux sont ceux qui semblent encore hésiter lorsqu’ils doivent nommer l’institution commune des francophones de Belgique [2]. Les consignes officielles ne répondent, quant à elles, pas toujours à l’ensemble des questions que l’on peut se poser à ce sujet.

Vous ne savez pas quelle dénomination utiliser ? Que vous soyez amenés à devoir citer la Communauté française dans le cadre de votre pratique professionnelle ou que vous vouliez simplement frimer dans les dîners mondains, vous trouverez ci-après une tentative de réponse. Continuer la lecture