Brexit : quand souveraineté nationale et droit européen s’opposent

Le 20 février dernier, les 28 États membres de l’Union européenne se sont entendus pour accorder un statut spécial au Royaume-Uni si le peuple britannique décidait de rester au sein de l’Union. Dans la foulée, David Cameron a annoncé que le referendum sur la question se tiendrait le 23 juin prochain et que, fort de l’accord arraché à Bruxelles, il ferait campagne pour le maintien du royaume dans l’Union. Mais la question divise véritablement la Grande-Bretagne et la victoire du OUI est loin d’être assurée. Les partisans du NON reprochent notamment à l’accord de ne pas aller assez loin sur la question de la souveraineté nationale. Certains y voient un véritable déficit démocratique. Continuer la lecture